Parce qu’il n’est jamais rien arrivé

pas trop tard

C’est le premier jour de travail de Thomas. À 18 ans, on lui dit qu’il est temps qu’il fasse quelque chose de constructif durant l’été. Son père lui a donc trouvé un emploi à l’usine où il travaille depuis près de 25 ans. Plutôt fier de côtoyer son fils tous les jours, il lui fait faire le tour des installations. « Tu vas voir, le métier va rentrer rapidement. Je vais te donner quelques trucs. Ton contremaître, Pierre, me fait confiance. »Pour Thomas, ce travail n’est qu’une bonne occasion de gagner de l’argent pour mieux la dépenser le soir venu. Il écoute d’une seule oreille les conseils que son père lui donne sur l’équipement qu’il devra utiliser dans le cadre de son travail. Après tout, rien n’est arrivé à son père après toutes ces années. N’importe qui à l’aise avec l’équipement est en mesure de conduire un chariot élévateur, se dit-il.À l’heure du lunch, Thomas discute avec Adam, un autre employé de son âge. Dans les deux dernières années, Adam a travaillé au centre de rénovation de son quartier. Il s’occupait entre autres de déplacer la marchandise dans l’entrepôt. C’est d’ailleurs grâce à son expérience avec les chariots élévateurs qu’il a eu l’emploi. « J’ai pu grimper sur le chariot dès ma première journée ici. Tu vas voir, c’est un très bel emploi pas trop difficile. »

POURQUOI S’EN FAIRE

Thomas retourne donc auprès de son père pour le restant de la journée, se disant que ça ne serait pas si mal finalement.

« Thomas, écoute-moi lorsque je t’explique. Tu dois inspecter l’équipement avant de t’en servir et si tu n’es pas certain, viens me voir ou vas voir Pierre. Cela peut être dangereux de rouler avec un équipement défectueux, et le danger n’est pas seulement pour toi. Tu dois aussi analyser ton environnement de travail. Il y a des fils électriques au fond de la cour et il y a une dénivellation du sol à cet endroit… » Mais il n’écoute pas vraiment, tout ce qui intéresse Thomas, c’est d’en finir au plus vite. « …alors tu dois toujours t’assurer d’avoir ton centre de gravité et de prendre le temps de bien positionner ta charge. Si tu as à aller dans le coin du bâtiment 4A, tu devras y aller à reculons, car tu n’auras pas assez d’espace pour te retourner. Planifie ton trajet avant de partir. Sois toujours prudent, garçon! »

Pierre, le contremaître de Thomas, a confiance. De toute façon, il n’est jamais rien arrivé et cela a toujours été la façon de procéder. Il est très satisfait aussi d’avoir embauché Adam. Un jeune homme vaillant avec de l’expérience, en plus de ne pas avoir à le former, Pierre sait qu’il fera son boulot sans avoir à le surveiller constamment.

UNE ERREUR AURAIT-ELLE PU ÊTRE ÉVITÉE?

Il est 16 h et la journée tire à sa fin. Thomas n’a fait que quelques manœuvres près du bâtiment 4A. Il a surtout regardé son père lui montrer les rouages du métier. Il a trouvé la journée tellement longue, il se dit que son père en fait trop.

De l’autre côté du bâtiment, Adam en est à son cinquième trajet de la journée. Il se dit que d’accélérer la cadence le ferait terminer à temps. Il tourne donc le coin du bâtiment un peu plus rapidement et se prépare pour la dernière ligne droite le menant vers le bâtiment. Adam a chargé le chariot élévateur un peu plus que dans ses derniers voyages. Il se promène donc en ne voyant pas beaucoup ce qui se trouve devant lui. Ce n’est pas grave puisqu’il connait le chemin par cœur.

Sur le coin du bâtiment, alors qu’Adam prend de la vitesse pour enfin en finir avec cette journée chaude, Thomas regarde son père faire une manœuvre à reculons. Tout s’est fait très vite. Bien que le père de Thomas soit très prudent, il n’a pu éviter le chariot d’Adam, qui l’a heurté par le côté. Comme il ne faisait que quelques manœuvres habituelles, il n’avait pris soin de s’attacher. Il est tombé. La charge et le chariot aussi.

Il est resté coincé près d’une heure. Il ne parlait pas beaucoup. Thomas non plus. Bien qu’il ait été témoin de toute la scène, il n’avait pas compris ce qui venait d’arriver. Adam était plutôt secoué et ne parvenait pas à expliquer comment il avait pu heurter le père de Thomas. Pierre était aussi dans tous ses états. Il a bien appliqué les mesures d’urgence et l’ambulance est arrivée assez rapidement.

PARCE QU’IL EST TROP TARD

Le père de Thomas n’est jamais retourné travailler dans la cour de l’usine. Il perdit l’usage de sa jambe gauche.

Thomas, quant à lui, demanda à Pierre à ce que tous les employés reçoivent une formation adéquate et prit la chose très au sérieux.

Est-ce qu’un accident de ce genre est déjà arrivé dans votre entreprise? Aurait-elle pu être évitée?

Adam fût suspendu quelques jours et n’eût plus retouché à un chariot élévateur durant plusieurs semaines. Il préféra s’affairer à d’autres tâches. Il suivit la même formation que Thomas et écouta avec la plus grande attention.

Prenez- vous le temps de former vos « Thomas et Adam »?

Pierre reçut un blâme pour avoir manqué à la formation adéquate de ses travailleurs. Il a plutôt été chanceux. Il a, depuis, changé sa façon de former et d’informer ses jeunes et moins jeunes travailleurs. Il s’est fait un devoir que cela ne se reproduise plus sous sa supervision. Il proposa même au dirigeant de son entreprise un plan plutôt complet sur la formation des employés de toute l’usine.

Est-ce que les « Pierre » de votre entreprise se sentent concernés par la formation de leurs travailleurs?

Pour en savoir plus sur la formation que Thomas et Adam ont suivie.

N’attendez pas qu’il soit trop tard. Prenez le temps de former et d’informer les employés réguliers et saisonniers.