L’analyse de risque – Sécurité machine

VOTRE ANALYSE DE RISQUES EST-ELLE BIEN ADAPTÉE?

En 2013, 76 684 accidents de travail ont été rapportés à la CSST. Sur ce nombre, une grande proportion d’entre eux correspond aux accidents reliés aux pièces en mouvement et aux organes de transmission. Ce n’est pas lorsqu’il est trop tard qu’il faut se poser les bonnes questions. Est-ce que l’accident aurait pu être évité? Est-ce qu’une analyse de risques mieux définie aurait pu sauver une vie?

Selon la CSST, les accidents liés aux machines se produisent dans tous les secteurs d’activité à l’échelle de la province. Ils sont souvent causés par l’accès aux différentes zones dangereuses des machines et ils auraient pu être évités dans la plupart des cas.

L’appréciation du risque est une analyse permettant d’identifier et d’estimer divers phénomènes de risques d’un équipement. Il est important, entre autres, de savoir reconnaître ce qui compose un risque :

  •   La gravité du dommage;
  •   L’exposition à une situation dangereuse;
  •   La probabilité d’un événement dangereux;
  •   La possibilité d’évitement du dommage.

Le rapport d’analyse est basé sur les informations recueillies auprès des opérateurs, des superviseurs et des employés de la production et de la maintenance. Selon l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST), la réduction du risque est basée sur la démarche générale de gestion du risque suggérée, après la détermination des limites de la machine, l’identification des phénomènes dangereux, l’estimation et l’évaluation du risque en se basant sur les informations recueillies dans l’entreprise ainsi que les relevés faits sur place par une équipe d’experts.

analyse de risque 1

QU’EST-CE QU’UNE ANALYSE DE RISQUES?

Selon la norme ACNOR Z432-94 sur la Sécurité des machines en santé et sécurité au travail, il est impératif de prendre en considération plusieurs éléments d’analyse :

  •   L’évaluation des besoins de l’utilisateur;
  •   La définition des limites de la machine;
  •   L’évaluation systématique des situations dangereuses et l’estimation des risques;
  •   La conception et le choix des protecteurs et des autres dispositifs de protection contre les risques subsistants;
  •   L’estimation du risque.

Cette dernière se définit dans la norme comme suit : L’estimation du risque permet de déterminer, en grande partie, le niveau des mesures de sécurité nécessaires. On devrait prendre en compte les deux facteurs suivants :

  •   La gravité d’une lésion prévisible;
  •   La probabilité de cette lésion.

On ne peut déterminer l’ampleur et la complexité de l’estimation nécessaire qu’après avoir effectué une évaluation initiale des risques et des mesures de sécurité.

L’analyse de risques est une combinaison de la détermination des limites de la machine, du repérage des phénomènes dangereux et de l’estimation du risque.

L’étude consiste en trois choses :

  •   Analyser les phénomènes dangereux :
    •      mécaniques,
    •      électriques,
    •      thermiques,
    •      associés aux pièces et outils,
    •      associés à la gravité terrestre,
    •      bruits,
    •      • vibrations,
    •      rayonnements,
    •      associés aux matières dangereuses, combustibles et infectieuses,
    •      associés au non-respect des principes ergonomiques,
    •      etc.;
  •   Analyser les situations dangereuses :
    •      les actions, les tâches ou toute autre obligation que l’employé doit exécuter en s’exposant dans l’aire de l’équipement;
  •   Analyser les événements dangereux :
    •      tous les événements d’ordre technique ou humain susceptibles de causer des dommages à l’équipement ou au travailleur.

À la suite de cette analyse, il est ensuite possible de déterminer l’indice de risque, qui lui définira à son tour les mesures de prévention possibles.

Quatre facteurs et 22 indicateurs permettent la détermination de l’indice de risque, selon la grille de l’ADR de l’IRSST :

analyse de risque 2

L’analyse est nécessaire, car elle oriente les recommandations générales de sécurisation découlant de l’ADR, en fonction de la conformité légale. Il est donc impératif de se rapporter aux normes CSA, ANSI, ASME, ISO ou tout autre type de norme afin d’obtenir des orientations de sécurisation.

L’erreur la plus fréquente chez les entrepreneurs est la sécurisation des équipements sans faire d’analyse de risques et d’appréciation des phénomènes de risques. Cette erreur peut mener à des coûts exorbitants, car à la suite d’une analyse, l’avenue empruntée aurait été différente et probablement moins coûteuse. Par exemple, des gardes sont installés sur une machine où cela ne serait pas utile si un dispositif d’éloignement muni d’un dispositif d’interverrouillage était en place. Alors, les mesures de prévention possibles sont la résultante de votre analyse ainsi que du respect de la conformité légale.

Pour faire une bonne sécurisation machine, il est impératif de vérifier que l’appréciation du risque soit entièrement réalisée. Il est aussi recommandé que cette analyse soit effectuée par des gens à l’externe, plutôt que par les gens qui côtoient régulièrement la machine, afin d’évaluer les risques de manière objective. De cette façon, nous évitons de biaiser les phénomènes dangereux, qui peuvent paraître anodins pour les gens du milieu.

Ce qu’il faut retenir, c’est que le but ultime est d’éliminer les risques de manière à protéger les travailleurs par des mesures de sécurisation adoptées en fonction de la conformité légale.

Pour en apprendre davantage sur la formation Analyse de risques